ACCUEILLIR LA JOIE DU RESSUSCITE

Mardi, 05 Avril 2016 00:00 Florence
Imprimer
Ce dernier dimanche de mars, c’est la joie, c’est la fête, c’est la victoire, le Christ est ressuscité ! Les saintes femmes sont venues l’annoncer aux autres disciples, qui malgré leurs doutes au début, ont fini par les croire… Surtout parce qu’ils l’ont vu eux-mêmes, vivant : ils ont mangé avec lui, marché, pêché en sa présence. Ils l’ont entendu leur redire ces choses qu’ils n’avaient pas comprises jusqu’alors, et ils sont entrés dans une intelligence nouvelle de son mystère… « Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans la gloire ?! » (Lc 24, 26)

Et nous aussi, à leur suite, nous sommes invités à entrer dans cette joie du ressuscité, joie de l’Eglise pour son Seigneur, pour les nouveaux baptisés, pour la miséricorde répandue sur chacun.

Et cependant, il n’est pas toujours facile d’entrer dans la joie de Pâques. Certains soucis, des échecs, des solitudes, peuvent nous glisser à l’oreille : « Cette joie n’est pas pour toi. Laisse-les avec leurs ‘alléluias’, toi occupe-toi de tes difficultés, ce n’est pas leurs chants qui les résoudra… Sois réaliste ! » Cette réflexion a l’apparence de la sagesse. … C’est vrai qu’il nous faut chacun assumer nos responsabilités, et cela est souvent exigeant…

Mais la joie que le Christ nous donne est d’abord un don gratuit. Et cela ne se refuse pas ! Un don royal du Roi des rois ! – Un tel se dit peut-être : « Mais je ne le mérite pas… » Certes non, il n’est pas mérité, ce don, il est gratuit, et il faut justement accepter de ne pas le mériter. Et c’est là qu’intervient la miséricorde : accepter que ma vie terne, grise, médiocre peut-être, soit illuminée par le Ressuscité.

Mes erreurs, mes péchés, il les a portés, il les a vaincus, sur sa croix, et il revient victorieux, pour nous faire participer à sa victoire. Et c’est là une force extraordinaire. Un moteur intérieur, contre tous les découragements, liés à nos soucis, nos échecs, nos solitudes… Le voici présent au cœur de tout cela. Oui, j’ai aussi le droit d’être heureux, et ce bonheur, « cette joie, nul ne vous l’enlèvera » (Jn 16, 22), dit-il lui-même.

Bonne Pâques à chacun !


Pascal Desquilbet, CCN
Mise à jour le Vendredi, 03 Juin 2016 11:56