Paroisse Sainte-Marie des Peuples

Amilly - Lucé - Mainvilliers

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Le mot du curé
Retrouvez ici tous les éditos du curé, tels que publiés dans les feuilles mensuelles d'informations paroissiales.

RENTREE

Envoyer Imprimer PDF

En cette rentrée, la paroisse accueillera deux nouveaux ministres, qui viendront remplacer le père Dominique Ndinga, parti pour la Martinique – remplacer partiellement, car ils ne seront au service de la paroisse que sur les week-ends, étant l’un et l’autre encore à plein temps à leurs études. Ce n’est pourtant pas un petit service, puisqu’ils participeront aux eucharisties du dimanche, aux baptêmes et aux mariages, et à bien des rencontres qui ont lieu le samedi et le dimanche, avec la belle et grande mission d’y porter la parole de Dieu… Il s’agit du père Jan Polak, prêtre slovaque, et du frère Thibaut Girard, de la communauté du Chemin Neuf, qui sera ordonné diacre (en vue du sacerdoce) le 12 septembre à l’abbaye des Dombes. Des ouvriers dans la vigne du Seigneur, que nous accueillerons comme ses envoyés…

Une initiative importante est aussi lancée sur la paroisse, pour permettre aux couples – mariés ou pas – de progresser dans leur relation conjugale. Cela s’appelle CANA WELCOME, du nom de l’évangile des noces de Cana, et Welcome pour dire bienvenue : bienvenue à tous, y compris « ceux qui n’ont pas l’habitude »… Il s’agit d’une rencontre qui aura lieu le 24 septembre au soir, pour présenter une démarche qui se déroulera sur l’année, à raison d’une rencontre par mois, en petits groupes de partage de 4 ou 5 couples. Derrière cette proposition, tout le savoir-faire du mouvement Cana, en lien avec la communauté du Chemin Neuf qui se met à la portée des personnes ne fréquentant l’Eglise qu’occasionnellement, parents des enfants du catéchisme, des petits baptisés, jeunes couples avant ou après leur mariage, etc… Voici une belle occasion d’affermir le lien d’alliance du couple, si beau mais aussi si fragile dans notre société actuelle.

Et puis le rendez-vous du premier dimanche communautaire de l’année est fixé au 28 septembre à Mainvilliers, commençant par la messe à 11h, suivie de l’apéritif, du repas, et d’un après-midi festif, où nous aurons plaisir à nous retrouver tous après la dispersion estivale. Un dimanche pour relancer notre communauté paroissiale dans la vie fraternelle, pour accueillir les nouveaux, et repartir dans le témoignage évangélique à porter au monde… Bonne reprise à chacun.

Père Pascal Desquilbet, CCN

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 19:19
 

AIMER AU QUOTIDIEN

Envoyer Imprimer PDF
A l'heure où j'écris ces lignes, nous revenons tout juste d'une belle journée à Lisieux, sur les pas de la "petite Thérèse". Une journée "dont on ne revient pas comme on est parti", a dit une participante...
C'est vrai que Sainte-Thérèse de l'enfant Jésus et de la Sainte Face exprime un tel amour du Christ, qu'elle a quelque chose de bouleversant. Peu de saints ont raconté eux-mêmes leur vie: pour la plupart d'entre eux, ce sont des témoins qui les ont bien connus, qui nous disent ce qu'ils ont vécu. Et ces témoignages sont très beaux, très édifiants... Mais là, c'est elle-même (sur la demande de ses supérieures et par obéissance), qui va écrire ses souvenirs et son présent, où elle parle de sa vie, de ses émotions, ses joies et ses peines, ses difficultés à travers la vie familiale et religieuse, et comment le Christ est tout simplement l'Amour de sa vie... 
Surtout, elle nous montre une voie de sainteté qui n'est pas faite de grands actes héroïques, mais d'un abandon confiant entre les mains de Dieu, du désir de recevoir son amour, tout en acceptant ses pauvres limites et défauts, et même en les offrant à Jésus le Sauveur, "qui n'est pas venu appeler les justes, mais les pécheurs", dit Thérèse qui se plait à citer cette parole du Christ dans l'évangile (Mt 9, 13).
Le soir du 22 juin, beaucoup disaient merci pour ce qu'ils avaient vécu personnellement dans cette journée avec Thérèse, comme ils la sentaient proche d'eux. Au cours de cet été, on pourra lire (ou relire) l'"Histoire d'une âme" de Sainte Thérèse, qui donne tant de force pour aimer au quotidien.
Cette histoire, racontée sur le ton d'une confidence, me fait penser à la proposition qui nous est faite, dans le cadre des fraternités paroissiales, du partage de vie entre les membres de la fraternité: se dire, librement, les émotions qui nous traversent, heureuses ou difficiles, pour les remettre dans la lumière du Christ. C'est de là que naît un lien de communion profond, cette "communion fraternelle" à laquelle nous sommes appelés, qui nous "booste" dans l'amour. Accepter simplement et rendre grâce au Seigneur pour ce que je vis en ce moment, au jour le jour. C'est la plupart du temps tout à fait ordinaire, répétitif, terre à terre, banal mais je peux l'offrir au Seigneur par amour... et ça change tout pour moi et autour de moi.

Père Pascal Desquilbet, CCN
Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 19:20
 

DES PENTECÔTES…

Envoyer Imprimer PDF
Nous venons de célébrer la confirmation d’une trentaine de jeunes et adultes de la paroisse et du doyenné, et si je n’ai pu personnellement y être présent, j’y étais très uni par la prière, et j’ai eu, ensuite, de nombreux échos de la beauté de cette célébration, qui n’était pas seulement belle esthétiquement, mais plus encore spirituellement. Les confirmands étaient - m’a-t-on dit - très émus, et toute l’assemblée participait avec une belle ferveur, par les chants, la musique, la prière, le silence, la joie, l’amour... Tous les ingrédients d’une vraie ‘pentecôte’, qui est un peu le mystère célébré dans le sacrement de la confirmation... Merci à tous ceux qui en ont été les acteurs.

Ce sacrement est sans doute trop peu connu... Alors que le baptême continue à être un point de repère important pour l’entrée dans la vie chrétienne, comme signe de la naissance à la vie d’enfant de Dieu, la confirmation, elle, reste souvent dans les esprits comme un flou informe, si ce n’est un oubli complet ! En fait, elle signifie la croissance du disciple ; et si le baptême est comme la Pâque du chrétien, la confirmation correspond à sa Pentecôte : une effusion de joie et d’amour, un désir d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus vivant qui nous pousse vers les autres...

Alors puisque nous allons bientôt célébrer la fête de la Pentecôte, demandons la grâce d’être renouvelés dans notre sacrement de confirmation, pour être affermis dans la croissance spirituelle, et ne pas en rester à l’état de bébé... ! Comment cela ? Voici une piste concrète : au cœur du parcours Alpha, beaucoup d'adultes demandent le « baptême dans l'Esprit Saint » ; voici une façon de l'accueillir vraiment, avec la force d'évangéliser. Le cas échéant, ce peut être aussi l’occasion de demander à recevoir ce sacrement.

Le 15 juin, nous aurons notre dimanche communautaire à Amilly, suivi de l’apéritif et du repas à la salle des fêtes, avec un après-midi festif qui est en préparation... Et enfin le pèlerinage du 22 juin à Lisieux, pour tous ceux qui pourront y participer. La petite Thérèse nous aidera à nous plonger dans l’amour de Jésus, et le désir de « sauver les âmes », non par des œuvres grandioses, mais par sa ‘petite voie’ : l’acceptation de nos faiblesses, pour nous laisser aimer tels que nous sommes, en toute confiance à Celui qui est le Tout-Amour.

Père Pascal Desquilbet, CCN

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 19:20
 

TEMPS PASCAL

Envoyer Imprimer PDF
Nous venons de fêter la grande victoire du Christ sur la mort, par de belles liturgies, au cours de la veillée pascale ou le matin de Pâques, et nos cœurs sont remplis de joie… Mais l’Eglise ne se contente pas d’une journée de fête pour cet événement inouïe, et ce n’est pas moins de 50 jours qu’elle consacre à cette fête, oui, 50 jours de fête et de joie « comme un grand dimanche » …

Mais si l’on y pense un peu,  il n’y a rien de trop : il n’en a pas fallu moins aux apôtres et aux autres disciples, pour vraiment réaliser ce qui s’était produit dans cette résurrection du Christ. Car ce n’est pas un événement qui les laissait indemne : ou bien ils le refusaient – ça a été leur tentation au début : « Ils ne la crurent pas » (Marie-Madeleine leur annonçant qu’elle avait vu le Seigneur, Mc 16,11) – ou bien ça changeait leur vie… Et c’est ce qui s’est passé, non pas pourtant en un clin d’œil, mais justement en …50 jours ! Et quand cette maturation a pu avoir lieu, la Pentecôte est arrivée, où l’Esprit du Ressuscité les a lancés dans la grande aventure de l’annonce de cette bonne nouvelle : « Lui qui est mort pour vous, il est vivant, il vous donne sa Vie, il vous donne son Esprit ! »

Ces événements peuvent nous sembler lointains, mais pour nous maintenant, nous avons à vivre une maturation semblable pour accueillir tout le dynamisme de l’Esprit …pour devenir ces « disciples missionnaires », dont parle le pape… Cela se réalise de différentes manières : au niveau sacramentel, tout d’abord, ou après le baptême, on reçoit la Confirmation. Et nous avons la chance cette année, que la Confirmation soit célébrée le 18 Mai dans notre paroisse, à Mainvilliers ! Outre les jeunes, plusieurs adultes (issus du parcours Alpha, notamment) recevront ce sacrement… Une autre proposition aidera aussi à vivre cette maturation dans l’Esprit, c’est la Semaine de prière accompagnée, du 11 au 17 mai : une semaine pour vivre une expérience de prière personnelle selon la pédagogie du grand maître Saint Ignace …

Enfin un pèlerinage paroissial à Lisieux nous aidera à grandir dans l’esprit missionnaire, sur les pas de la ‘petite’ Thérèse, patronne des missions – un peu plus tard, le 22 juin. Nous lui confierons la dernière étape d’élaboration de notre projet pastoral missionnaire…

Bon temps pascal à chacun !

Père Pascal Desquilbet, CCN

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 19:21
 

LE GRAND PASSAGE

Envoyer Imprimer PDF

Au cours de la veillée pascale, nous aurons la joie de baptiser deux adultes. Et onze jeunes seront baptisés au temps de Pâques. En mars, notre paroisse accueillait 31 catéchumènes adultes, venus de tout le diocèse pour vivre avec notre évêque « l’appel décisif ». Plusieurs chrétiens m’ont dit combien cela leur avait fait chaud au cœur. Nous sommes heureux de voir notre église transmettre la vie divine à de nouveaux chrétiens où s’accomplit la parole du Christ ressuscité : « Allez, de toutes les nations, faites des disciples, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés » (Mt 28, 20).

Pour eux, ce sera le grand passage de la vie naturelle à la vie d’enfant de Dieu, après la longue préparation vécue dans le catéchuménat. Ils ont découvert les commandements de Dieu, mais ils ont encore beaucoup à apprendre du grand « corps » de l’Eglise où la vie du Christ se donne et circule entre ses membres.

Et ceci ne vaut pas que pour les nouveaux baptisés, mais aussi pour les recommençants, qui ayant découvert le Christ, dans le parcours Alpha, en préparant le baptême de leur enfant ou un mariage… La rencontre de Jésus allume un feu en eux. Mais ils ne connaissent à peu près rien des usages de l’Eglise et s’y retrouvent souvent assez perdus.

Saurons-nous les accueillir ? Il n’est hélas pas rare que de nouveaux chrétiens décrochent de la vie ecclésiale après leur baptême, ou après leur renouvellement dans l’Esprit, parce qu’ils n’ont plus retrouvé la chaleur, la convivialité qui les avaient mis sur la voie d’une expérience spirituelle forte, mais qui reste sans suite, faute de ce que la communauté de l’Eglise leur reste étrangère…

C’est bien de questions comme celle-là que nous débattrons au cours de l’assemblée paroissiale, le lundi 7 avril, autour du Projet Pastoral Missionnaire. J’espère que nous y serons nombreux.

La fête de Pâques est pour chaque chrétien – ancien ou nouveau – l’occasion d’une renaissance, d’un renouveau, par la puissance d’amour qui se déploie dans la résurrection du Christ. C’est dans ce dynamisme qu’il nous faut puiser pour vivre pleinement le bonheur des disciples, en particulier notre mission d’accueil vis-à-vis des nouveaux.

Bonnes Pâques à chacun !

Père Pascal Desquilbet, CCN

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 19:21
 


Page 9 sur 12
Bannière

Nous contacter

Presbytère de Lucé

1 place du 19 mars 1962

Tel: 02.37.33.03.19

 

Permanences:

Du mardi au vendredi: 17h à 18h30 - Samedi: 10h à 12h



Presbytère de Mainvilliers


4 rue Esther Villette

Tel: 02.37.21.15.33

 

Permanences:

Mercredi: 16h30 à 18h - Samedi: 10h à 12h