LE SOUVENIR COMME CLE D'ACCES A LA JOIE DU RESSUSCITE

Imprimer

« …Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il s’est réveillé. Souvenez-vous de quelle manière il vous a parlé, lorsqu’il était encore en Galilée et qu’il disait : il faut que le Fils de l’homme soit livré aux pécheurs, qu’il soit crucifié et qu’il se relève le troisième jour. Et elles se souvinrent de ses paroles. » (Lc 24, 5b-8).

L’auteur du troisième évangile, à travers ce passage, nous livre l’une des clés d’accès à la joie du Ressuscité, le Christ : Il est vraiment Ressuscité ! En effet la résurrection est aussi une question de souvenirs et ce n’est pas sans lien avec le mot tombeau qui renvoie à la mémoire. Les femmes venues au tombeau étaient invitées à vivre d’abord cette résurrection de leur mémoire, de leurs souvenirs pour ensuite accueillir la Bonne Nouvelle : Il s’est réveillé, il est Ressuscité !

Or pour annoncer la joie de la Résurrection aux autres, il convient que je puisse d’abord l’accueillir personnellement et communautairement. Mais comment l’accueillir si je suis encore enfermé par des souvenirs mortifères (les soucis familiaux et la tristesse) qui peuvent gêner l’écoute de cette voix qui me dit : il s’est réveillé ?

Que chacun puisse donc se souvenir avec patience, grâce au travail de l’Esprit en nous, pendant ces semaines qui nous séparent de la Pentecôte, des moments d’intimité passés avec le Seigneur, de ses paroles de vie et de toutes les promesses d’espérance qu’il nous a faites. Certes elles ne peuvent empêcher ni le deuil ni les larmes ; mais elles contiennent la Vie et la Joie du Ressuscité ! Ne nous avait-il pas déjà dit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 6) ?

Oui, Il n’est pas ici, mais il est Ressuscité ! (Lc 24, 6)

Père Gilles Tchissambot, vicaire de la paroisse, CCN