Paroisse Sainte-Marie des Peuples

Amilly - Lucé - Mainvilliers

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Vivre

UN CARÊME POUR SE CONVERTIR

Envoyer Imprimer PDF
Nous voici entrés dans ce grand temps du carême, pour nous préparer à la pâque du Christ, notre pâque. Un temps long, comme une course de fond, pour décrasser nos cœurs des graisses de l’égoïsme, du matérialisme, de toutes nos idolâtries… Un temps pour accueillir au plus près la présence de Dieu, pour lui offrir non seulement ce qui est beau, ce qui est bien, ce dont nous sommes fiers dans chacune de nos existences, mais aussi nos pauvretés, nos échecs, nos misères …et nous réjouir de sa miséricorde.

Historiquement, le carême s’est mis en place dans l’antiquité chrétienne pour accompagner les catéchumènes qui se préparaient au saint baptême. Ils avaient cheminé pendant trois ans, par l’instruction, la prière, et la purification de vie (le renoncement à toute situation de péché), et ils entraient dans le dernier carême comme dans l’ultime combat, comme en une retraite pour affermir la ferveur dans la lutte pour l’abandon des vielles habitudes de péché... Dans cette dynamique, le carême ne concernait pas seulement les personnes en train de devenir chrétiennes, mais toute la communauté, et chaque disciple en particulier.

Cette dimension devient plus claire pour nous maintenant lorsque la communauté accompagne réellement des catéchumènes dans leur initiation chrétienne. C’est le cas pour notre paroisse, et nous prions particulièrement pour Agnès, Divalo, Mélanie, et Monique, qui seront baptisés, confirmés, et communieront au Christ ressuscité dans la nuit de Pâques.

Ce cheminement est marqué par des étapes liturgiques importantes. Il y a d’abord « l’appel décisif » de l’évêque, qui réunit tous les futurs baptisés adultes du diocèse (35 cette année), le premier dimanche de carême, dans une même église. Et puis il aura des étapes pénitentielles, les 3ème,4ème & 5ème dimanches de carême (8, 15 et 22 mars). On les appelle « scrutins », car c’est Dieu qui « scrute les reins et le cœurs », pour faire apparaître ce qui y est faible et  mauvais, pour le guérir, et pour affermir ce qui est bien, bon et saint. L’Eglise demande alors que soit employé dans les messes de ces dimanches les grands évangiles catéchuménaux de l’année A (avec les autres lectures associées). C’est ce que nous ferons sur toutes les églises de la paroisse.

Et puis chacun de nous aura à cœur de vivre le sacrement de la Réconciliation, qui sera proposé – entre autre – le mardi 17 mars à St Pantaléon. Les enfants et les familles seront mobilisés sur le week-end « Timothée » du 14-15 mars, qui sera aussi un temps fort de notre chemin de conversion.

A chacun un bon et vrai carême !


Père Pascal Desquilbet, CCN

 

ARTISANS DE PAIX

Envoyer Imprimer PDF
Nous avons tous été saisis par la brutalité des attentats du début janvier. Le fait n’était hélas par entièrement nouveau, et s’ils nous rappelaient les sinistres événements de mars 2012 dans la région toulousaine, ils nous ont surtout fait réaliser que les atrocités qui se produisent quotidiennement au Moyen Orient ou au Nigeria ont aussi leurs ramifications tout près de chez nous, sur notre sol…

Face à cette situation de crise, nous sommes peut-être exposés à deux tentations : celle de regarder tous les musulmans comme des djihadistes et des terroristes en puissance ; ou encore, benoitement, une attitude de prudent attentisme, évitant tout contact supposé risqué, en attendant que les  choses s’arrangent…

Mais, disciples de Jésus, nous voulons rejeter les tentations de tout bord, pour nous faire artisans de paix, de ceux que l’Evangile proclame Bienheureux (Mt 5,9). Oui, il y a un vrai bonheur à se situer dans cette dynamique de rencontre, de dialogue, d’espérance, sans céder aux jugements simplistes, ni à la passivité paresseuse et méfiante. Nous voulons saisir toutes les occasions qui se présentent pour exercer cet ‘artisanat de la paix’, dans les conversations que nous pouvons avoir partout, en famille, au travail, et toutes les rencontres avec des personnes différentes, par l’origine, la religion, le milieu social, la couleur de peau, le vêtement... Dans le dialogue spécialement avec les enfants et les jeunes, car l’enjeu de l’éducation est capital en ce domaine.

Nous avons eu la joie de participer, six membres de la paroisse, à la rencontre interreligieuse qui a eu lieu à Luisant le 19 janvier, à l’initiative de la communauté Israelite de Chartres, où une belle atmosphère de respect planait sur la centaine de personnes présentes, de toutes religions et confessions de l’agglomération. Diverses pistes ont été évoquées, pour nous aider à grandir dans la connaissance et le respect mutuels, et d’autres rencontres analogues suivront. Laissons-nous conduire par l’Esprit, pour inventer de nouveaux chemins de Paix...

La place manque pour parler de l’Année de la vie consacrée, ainsi que des équipes synodales qui vont participer à la grande réflexion de l’Eglise sur la famille, en vue du synode des évêques au mois d’octobre. D’autres informations seront données ailleurs. Que chacun garde au cœur ce désir d’être en toute circonstance un véritable artisan de paix.


Père Pascal Desquilbet, CCN

 

UN PROJET POUR LA MISSION

Envoyer Imprimer PDF

Au seuil de l’année nouvelle, nous commençons par un dimanche communautaire, en cette fête de l’Epiphanie qui est aussi la fête patronale de Ste Marie des Peuples. En effet, c’est bien la fête de Marie en ce temps de Noël et nous célébrons sa maternité divine le 1er janvier ; c’est bien aussi la fête « des peuples » qui, en la personne des mages, sont représentés à la crèche dans l’adoration du Roi des rois. Nous en avons déjà vécu une belle parabole dans le repas du 20 décembre, ou 90 personnes, des enfants aux vieillards, de nationalités très variées, nous préparait déjà à la fête des peuples...

Cette fête revêt pour nous cette année un caractère particulier, puisque nous aurons la chance et la grâce de recevoir notre évêque, Mgr Michel Pansard qui viendra présider l’eucharistie et partager avec nous le repas. Il viendra aussi en cette Epiphanie, manifestation du Christ à tous les peuples, promulguer le Projet Pastoral Missionnaire de la paroisse, auquel nous avons travaillé depuis le carême 2013.

Le délai a pu sembler long, mais le travail était important. Tout d’abord par les acteurs qui y ont contribué : 18 groupes ont produit leurs propositions, au printemps 2013, soit environ 120 à 150 personnes ; puis l’EPP a fait un travail de synthèse (assez considérable), et fait ressortir les lignes de force que nous avons discerné dans l’Esprit Saint. Ceci a conduit a une assemblée paroissiale en avril 2014, où les 50 personnes présentes ont donné leur avis sur le texte proposé. Approuvé très largement dans ses grandes lignes lors de cette assemblée, il a subi encore quelques amendements, pour être transmis à notre évêque au début de l’été.

L’enjeu est maintenant de s’en saisir, et de le mettre en œuvre… A vrai dire, ce projet pastoral missionnaire décrit pour une part ce que nous vivons déjà. Mais tout n’est pas réalisé, il s’en faut de beaucoup… Et TOUS, nous avons à entendre un appel, pour mieux répondre à celui du Christ, pour « évangéliser », c'est-à-dire vivre de son Amour et le faire connaître à toute personne. A chacun de voir où, dans quel domaine, il doit se renouveler, bouger, évoluer, changer ses habitudes et ses manières de voir…

Le 4 Janvier, cet appel, transmis par son Eglise, sera adressé à notre paroisse par Mgr Pansard, qui, comme successeur des apôtres, en est le représentant officiel. Laissons-nous interpeller. Dans la joie de Noël, reconnaissons nos pauvretés, que le Seigneur de l’Univers vient habiter, se dépouillant lui-même de toute sa gloire pour se faire obéissant au dessein du Père, pour communiquer son amour à tout homme…

Bonne et sainte année à chacun, à chaque famille, chaque personne seule, de toute nationalité, de toute culture, de tout horizon. Que la lumière de l’Epiphanie brille en chaque disciple du Christ tout au long de la nouvelle année.

Père Pascal Desquilbet, CCN


 

RECONNAISSANCE DU PROJET PASTORAL MISSIONNAIRE PAR L'EVEQUE

Envoyer Imprimer PDF
(…) "En ce jour de l'Epiphanie, je suis venu reconnaître le projet pastoral missionnaire de la paroisse Sainte-Marie des Peuples et surtout vous encourager à le vivre. Il repose sur la découverte bouleversante de l'apôtre Paul, qui a fait de lui un évangélisateur et qui peut aujourd'hui encore engendre des apôtres, des missionnaires. Les païens, disons aujourd'hui tous les hommes, sont associés au même héritage que les juifs, au même corps, au partage de la même promesse. Par le Christ tous les hommes sont appelés à la même communion avec Dieu.

J'en retiens quelques invitations en cette fête de l'Epiphanie:

Invitation à faire d'abord craquer en nous les barrières qui rétrécissent nos horizons, qui excluent, divisent alors que le projet de Dieu est sans restriction, universel. Attention l'esprit de clocher dans nos paroisses n'est pas toujours catholique.

Invitation à évaluer, comme paroisse, votre réelle participation au projet de Dieu pour tous les hommes et les femmes que Dieu aime sur ce territoire.

Invitation pour chacun d'entre vous à prendre votre part à la mission. Et moi ? Actuellement, là où je suis suis, qu'est-ce que je fais dans ce projet de Dieu pour tous les hommes ? Est-ce que j'annonce l'Evangile ? Qu'est-ce que ma vie révèle du Christ ? Ma façon d'espérer, d'aimer, de partager, de pardonner est telle marquée par Jésus Christ, révèle-t-elle le Christ ? Est-ce que je sais parfois m'engager au nom du Christ: comme chrétien, je pense que… ?

Nous n'échappons pas à ces questions et à une réponse. Car témoins du Christ nous le sommes. Et ce que vivent et disent les chrétiens connus comme tels est toujours manifestion ou hélas manifestations contre le Christ !

Le Pape François nous y presse: "Nous sommes disciples-missionnaires". Si nous n'en sommes pas convaincus, regardons les premiers disciples, qui immédiatement après avoir reconnu le regard de Jésus, allèrent proclamer pleins de joie: "Nous avons trouvé le Messie "(Jean 1, 41). La Samaritaine, à peine eut-elle fini son dialogue avec Jésus, devint missionnaire et beaucoup de Samaritains crurent en Jésus "à cause de la parole de la femme"" (Jean 4, 39). Saint Paul aussi, à partir de sa rencontre avec Jésus Christ, "aussitôt se mit à prêcher Jésus" (Actes 9, 20). Et nous, qu'attendons-nous ?

Ne nous étonnons pas si comme la croix, nos crèches font polémique. Nos crèches, notamment celles avec la foule des santons, ne sont pas insignifiantes. Elles sont l'expression de notre foi en l'annonce d'une Bonne Nouvelle, celle de l'amour de Dieu pour tous les hommes avec cet enfant, cet enfant nommé Jésus. Par Lui, avec Lui et en Lui se rencontrent bergers et mages, pauvres et riches, humbles savants, gens du pays et étrangers près de sa mère Sainte Marie des Peuples. "

Extrait de l'homélie de Mgr Michel Pansard, le 4 janvier 2015.
 

PROJET PASTORAL MISSIONNAIRE

Envoyer Imprimer PDF

Une vision d’ensemble

La paroisse Sainte Marie des Peuples est implantée sur les communes d’Amilly, Cintray, Lucé, et Mainvilliers, qui sont surtout habitées de milieux populaires, avec de nombreuses nationalités. Une vraie mixité sociale y est représentée, vécue aussi dans les communautés chrétiennes avec bonheur. Amilly et Cintray forment une réalité assez différente, avec son caractère rurbain. C’est là, sur ce territoire de périphérie urbaine, au milieu de ces nombreux peuples, que le Seigneur Jésus-Christ nous a appelé, chrétiens habitants cette paroisse, et membres de la Communauté du Chemin Neuf à laquelle elle a été confiée. C’est là qu’Il nous envoie avec le mandat d’annoncer son Evangile à tout homme, de faire des disciples, les baptiser, leur apprendre à observer tous les commandements, Lui qui nous promet d’être avec nous tous les jours jusqu’à la fin du monde (Cf. Mat 28, 18-20).

Dix-huit groupes se sont réunis au cours du printemps 2013, ont travaillé sur le livret diocésain, réfléchissant sur  les trois grandes missions ecclésiales : l’annonce, la prière, et la charité ; ils se sont exprimés durant les assemblées paroissiales du 15 juin 2013 et du 7 avril 2014. Chaque groupe a exprimé l’envie de vivre et de grandir, et l’Eglise elle-même désire grandir. Ce désir est celui de Dieu lui-même, et nous voulons le choisir fermement. S’est exprimé aussi le souhait d’être plus unis, et donc mieux communiquer, mais pas seulement : nous avons à vivre une véritable communion qui a sa source dans la Sainte Trinité elle-même. Nous voulons être pleinement membres du Corps, bien unis à la Tête qui est le Christ, et à l’ensemble de ses membres : les chrétiens de la paroisse. « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Mt 22, 37-39.

Ayant écouté attentivement les assemblées paroissiales, l’équipe pastorale, dans l’Esprit Saint, discerne ainsi la vision qui se dessine, les cinq « essentiels » de la vie de tout disciple : Aimer Dieu, aimer les autres, se former, servir, et témoigner.


LES 5 PILIERS de la vie chrétienne


1- Aimer Dieu : La prière personnelle et communautaire : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. » Mt 22, 37 ; « Ils étaient assidus … à la fraction du pain et aux prières » Ac 2, 42.
Nous voulons tous grandir dans une relation personnelle avec Dieu, soit au niveau individuel (prière personnelle, en famille…) soit à un niveau fraternel (chapelet, groupe de prière…) soit au niveau du grand groupe (Eucharistie du dimanche, ou en semaine)


2- Aimer les autres : La communion fraternelle : « Ils étaient assidus … à la communion fraternelle… Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun. , ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité de cœur » Ac 2, 42 ... 46.
Nous voulons être attentifs à chacun (accueil de celui que je connais moins, du plus pauvre...), avoir un petit groupe fraternel (fraternité régulière ou occasionnelle, groupe de mouvements…), vivre une relation ouverte à l’ensemble de la communauté (Dimanches communautaires, pèlerinage, soirée détente…)


3- Se former pour grandir : La Formation, l’approfondissement : « …faites des disciples…  apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé » Mt 28 19-20. « Ils étaient assidus à l’enseignement des Apôtres » Ac 2, 42.
Nous voulons nous approcher toujours plus du mystère de Dieu, de sa Parole, de son projet pour notre monde. Lire la Parole de Dieu, seul et/ou en groupe. Faire une retraite, rejoindre une session proposée par le diocèse ou une communauté… Devenir d’authentiques disciples-missionnaires.


4- Servir, se faire proche de toute personne : Le service : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Mt 22, 39 ; « Et qui est mon prochain ? …Va et toi aussi fais de même » Lc 10, 25-37. « Ils avaient la faveur du peuple tout entier ». Ac 2, 47
Nous voulons vivre le service, qui donne la joie : visiter ma voisine malade, faire ensemble la cuisine pour un repas paroissial; nettoyer et entretenir l’Eglise, participer au Secours Catholique, au CCFD-TS, vivre un engagement associatif ou politique, participer à la fête des voisins…


5- Témoigner : L’Evangélisation : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples » Mt 28, 19. « ils avaient la faveur du peuple tout entier. Chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés. » Ac 2, 47.
Nous voulons annoncer la Bonne Nouvelle à un monde qui a soif :  Oser aller à mon travail sans cacher mon identité chrétienne ; dire à un voisin dans un moment difficile, que je prierai pour lui ; oser inviter à une rencontre de la paroisse ; participer à un groupe engagé dans l’évangélisation (catéchèse, aumônerie, préparation aux sacrements…), et à une action évangélisatrice de la paroisse (marché de Noël, fête de la musique, porte ouverte du KT …)


Un outil pour la Mission

Un outil pastoral, déjà mis en œuvre depuis plusieurs années, a porté de nombreux fruits pour la mission, c’est le Parcours Alpha. Il n’est certes pas le seul, mais parmi beaucoup d’autres également précieux, il a l’avantage de mettre en œuvre ces cinq essentiels, et permet ainsi à bien des personnes, très loin de l’Eglise ou pratiquants de longue date, de faire une expérience de type catéchuménale : dire clairement OUI au Christ pour la première fois, ou redire un vrai OUI à leur être chrétien, à travers l’expérience du Baptême dans le Saint Esprit, qui les renouvelle profondément dans leur amour du Christ, appuyés sur ces 5 piliers. Sachant qu’Alpha se décline sous diverses formes : Classic, Duo (mis en œuvre sur la paroisse) et aussi Couples, Parents, Jeunes, etc…

Ce Parcours Alpha, plusieurs groupes en ont déjà bénéficié, accueillant par lui de nouveaux membres, renouvelés dans l’Esprit Saint. La plus grande part des activités peut orienter vers lui : la préparation au baptême, l’éveil à la foi, la catéchèse des enfants, l’aumônerie, la préparation au mariage, le catéchuménat, l’accueil paroissial, l’accompagnement des deuils, … peuvent devenir des lieux d’appel et d’invitation au parcours Alpha.

Pour accueillir ces nouveaux disciples du Christ, les intégrer, notre communauté ecclésiale doit bouger : se convertir, sortir d’elle-même. Ces nouveaux convertis ou recommençants, issus d’Alpha ou d’ailleurs, peu habitués à ses us et coutumes, s’y trouvent parfois perdus. Il apparaît ainsi tout à fait primordial …

- que chaque chrétien se sente personnellement responsable de l’accueil.
- que chaque groupe développe une convivialité qui n’est autre que l’incarnation de la « communion fraternelle » .
- que la paroisse dans son ensemble soit une véritable communauté de frères et de sœurs.

Chacun et tous ensemble étant centrés sur le Christ et non sur soi-même, préoccupés d’abord des plus pauvres, des nouveaux, des isolés...


Les trois niveaux de la croissance

Ainsi nous sommes tous appelés à grandir. Chaque personne va pouvoir croître dans la foi, accompagnée dans ces 3 niveaux :

  1. Le grand groupe (dimension communautaire)
  2. La fraternité (dimension fraternelle)
  3. Le un à un (dimension individuelle)

Pour progresser sur ces 5 piliers et  dans ces 3 niveaux, ceux qui le désirent peuvent vivre un temps de relecture annuel, avec 2 membres de l’équipe pastorale (ou personnes désignées par elle) ; on y fait le point sur ce qui est bon, et ce qui a besoin d’être développé… On fait aussi régulièrement relecture dans les différents groupes, et en Assemblée paroissiale annuelle.


Déploiement, mise en œuvre

1 - À continuer, à consolider

1.1 - les parcours Alpha-Classic et Alpha-Duo

1.2 - Le groupe de prière : c’est un vrai outil pastoral et spirituel, où l’on apprend à témoigner, à louer, à partager, à ouvrir sa Bible…

1.3 - La semaine de prière accompagnée, ou école de prière, est importante pour aider de nouveaux chrétiens - ou d’anciens - à grandir dans la foi et la prière.

1.4 -  La prière pour les malades doit être proposée régulièrement, sous la forme de la prière des frères, ou du  sacrement des malades.

1.5 - L’éveil à la foi, La catéchèse des enfants et des jeunes : ils sont des lieux décisifs pour initier les personnes à une authentique relation à Dieu dans la prière, et aux autres dans le respect, la bienveillance, l’amour.

1.6 - L’éveil à la foi dans les eucharisties facilite la participation des enfants ET des parents.

1.7 - Les Dimanches communautaires, trois fois dans l’année, facilitent cette dimension d’accueil et d’ouverture à la fraternité. On développera aussi des soirées de détente et convivialité (style ‘pizza-film’).


2 - À développer

2.1- Prier si possible dans chaque rencontre ; mettre le Seigneur au centre de tout ce que nous faisons… Et développer la prière mariale. Développer une pédagogie de la prière, avec notamment le « Banquet de la Parole »

2.2 - Soigner les liturgies, lieu de prière, d’évangélisation, de charité, et de solidarité : qu’elles soient fraternelles, festives, simples, priantes, joyeuses…

2.3 - Chaque groupe ou mouvement est invité à prendre part  dans l’année à l’animation d’une liturgie, avec son style, ses témoignages, son orientation propre.

2.4 - Développer des fraternités (stables) et/ou des groupes de partage (occasionnels : genre groupes de carême).

2.5 - Mettre à jour le ‘trombinoscope’, exposé dans les 4 églises ; le mettre aussi dans les différentes salles.

2.6 - Faire de la place aux nouveaux ; les orienter à intégrer un groupe pour vivre la fraternité.

2.7 - Mieux gérer le site internet, le mettre à jour régulièrement.

2.8 - Développer le service de la proximité ; être attentif à proposer le covoiturage

2.9 - S’habituer à relire chaque événement sous le regard de Dieu (chercher à voir les choses à Sa manière) : pratiquer la relecture régulièrement ; au moins chaque année.

2.10 - Donner plus de place aux témoignages personnels.

2.11 - Susciter le compagnonnage pour ceux qui s’engagent dans un service (ex : dans l’animation liturgique, proposer à quelqu’un d’animer un seul chant au cours d’une messe, pour commencer, et relire ensuite cette expérience…)

2.12 - Faciliter le lien entre générations.  Exemple : la chorale d’enfants dans une maison de retraite

2.13 - Encourager à participer à la fête des voisins, à la fête de la musique, à tout engagement citoyen.


3 - À mettre en place

3.1 - Susciter la présence de membres de la Communauté paroissiale aux célébrations de baptême (pour que le prêtre ou le diacre ne soit pas seul face aux familles).

3.2 - Installer dans les églises une boite ou un cahier pour les intentions de prière ; faire circuler les intentions de prière, au groupe des intercesseurs, au SEM, aux différents groupes de chapelet et rosaire, aux liturges, pour la préparation des PU.

3.3 - Instituer le « verre de l’amitié » après la messe des familles, pour que tous les fidèles puissent développer l’accueil.

3.4 - Un document présentant les différents services, mouvements, et groupes de la paroisse, avec les contacts (Adresse, tel, mail) serait souhaitable.

3.5 - « Nourrir » les parents des enfants catéchisés : proposer des temps de rencontre, des parcours de formation : Alpha, catéchuménat, Alpha-Duo, Cana, formations diocésaines…

3.6 - Faire appel pour la  visite des personnes en maison de retraite …

 


Page 5 sur 8
Bannière

Messes dominicales


LE SAMEDI

18h30 : Messe à Lucé
(Eglise St-François)


LE DIMANCHE

9h30 : Messe à Mainvilliers
(Eglise St-Hilaire)

11h00: Messe à Lucé
(Eglise St-Pantaléon)

Le 2ème dimanche du mois à 11h
Messe des familles
(avec liturgie adapté
aux jeunes enfants)



LE 3ème DIMANCHE DU MOIS

Messe à 10h30 à Amilly
(Eglise St-Pierre-St-Paul)



Partenaire Aleteia

Autres offices

Lundi
20h30: Chapelet à l'église St-Pantaléon

Mardi
18h30: Messe à l'église St-François
20h45: Groupe de prière charismatique et oecuménique au centre St-Pantaléon

Mercredi
8h30: Laudes à l'église St-Pantaléon
9h00: Messe à l'église St-Pantaléon
9h30: Adoration eucharistiques et confessions à l'église St-Pantaléon

Jeudi
9h00: Messe à l'église St-Hilaire
9h30: Adoration eucharistique à l'église St-Hilaire
14h00: Chapelet au centre St-Pantaléon

Vendredi
17h30: Adoration eucharistique et confessions à l'église St-Hilaire
18h30: Messe à l'église St-Hilaire

Dimanche
17h45: Chapelet de la Miséricorde à l'église St-Pierre-St-Paul
18h00: Adoration eucharistique à l'église St-Pierre-St-Paul






















* avec possibilité de confession

Nous contacter

Presbytère de Lucé

1 place du 19 mars 1962

Tel: 02.37.33.03.19

 

Permanences:

Du mardi au vendredi*: 17h à 18h30 - Samedi: 10h à 12h

(*le mardi seulement pendant les vacances scolaires)



Presbytère de Mainvilliers


4 rue Esther Villette

Tel: 02.37.21.15.33

 

Permanences:

Mercredi: 16h30 à 18h - Samedi: 10h à 12h

 


Presbytère d'Amilly


8 rue Jean Moulin

Tel: 02.37.27.59.07 (sur rdv)