Paroisse Sainte-Marie des Peuples

Amilly - Lucé - Mainvilliers

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Le mot du curé

BON CAREME DE LA MISERICORDE !

Envoyer Imprimer PDF

L’appel du pape est clair : « Puisse le Carême de cette Année Jubilaire être vécu plus intensément comme un temps fort pour célébrer et expérimenter la miséricorde de Dieu.…Nous pouvons répéter: Toi, Seigneur, tu es un Dieu qui pardonne... De nouveau, tu nous montreras ta miséricorde, ...tu jetteras au fond de la mer tous nos péchés ! (Mi 7, 18-19). Ces pages du prophète Isaïe pourront [aussi] être méditées plus concrètement en ce temps de prière, de jeûne et de charité : « Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci : (…) partager ton pain avec celui qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. » (Is 58, 6ss). » François (Misericordiae vultus 17)

A ce sujet, voici quelques nouvelles des familles réfugiées qui sont accueillies sur notre paroisse : les cours de français vont maintenant à leur vitesse de croisière – un grand merci à l’équipe qui porte ce service ; et elles vont avoir chacune un logement digne de ce nom, grâce à la diligence de plusieurs personnes de la paroisse, merci aussi à elles.

Pour nous aider à vivre en vérité cet appel pour le carême, voici quelques propositions – parmi bien d’autres :

  • Mercredi des cendres, 10 février : après la messe (à 19h centre St Pantaléon), soirée bol de riz autour d’un film témoignage : celui de Maïti Girtanner : torturée dans les camps de la mort par un médecin nazi, elle se retrouve, quarante ans plus tard, en face de celui qui a brisé sa vie, son corps, la carrière de pianiste virtuose à laquelle elle était promise… Un témoignage de pardon bouleversant … et dynamisant.
  • Dim 21 février, à 15h : rendez-vous à la cathédrale, pour vivre le « parcours de la miséricorde » ensemble, en paroisse.

« Avec conviction, remettons au centre le sacrement de la Réconciliation, puisqu’il donne à toucher de nos mains la grandeur de la miséricorde. Pour chaque pénitent, ce sera une source d’une véritable paix intérieure. » François (MV 17)

  • Samedi 27 février de 10h à 16h, à La Visitation: Journée diocésaine de récollection « Miséricordieux comme le Père » prêchée par Mgr Michel Pansard « Pour être capable de miséricorde, il nous faut d’abord nous mettre à l’écoute de la Parole de Dieu. Cela veut dire qu’il nous faut retrouver la valeur du silence pour méditer la Parole qui nous est adressée. C’est ainsi qu’il est possible de contempler la miséricorde de Dieu et d’en faire notre style de vie » François, (MV 13)

A chacun, bon carême de la Miséricorde !

Père Pascal Desquilbet, CCN.

Mise à jour le Vendredi, 12 Février 2016 12:19
 

BONNE ANNEE DE LA MISERICORDE !

Envoyer Imprimer PDF
L'année qui s'achève a été marquée par divers évènements plutôt inquiétants, entre les attentats, l'immigration de masse, et l'aggravation de la crise climatique. Face à ces évènements, qui posent de vraies questions, beaucoup peuvent être tentés par des réponses… simplistes. "Si des musulmans ont du mal à entrer dans la laïcité, durcissons-en les règles, par exemple en inscrivant dans la loi le droit au blasphème". "Fermons les frontières, les étrangers n'ont qu'à se débrouiller avec leurs problèmes !". "C'est aux responsables politiques de gérer la crise de l'environnement; quant à nous, nous voulons être libres de notre manière de vivre, de nous déplacer, de consommer à notre guise". Ce genre de réponses ne fait que repousser le problème un peu plus loin, s'il ne l'aggrave pas…

Bien loin de ces attitudes, l'Evangile nous appelle à être artisans de paix. Si certains musulmans ont du mal à entrer dans la laïcité, visitons-les, montrons-leur un visage bienveillant, témoignons de notre spiritualité… Si des étrangers fuient leur pays - arrosé d'une pluie de bombes ! - accueillons-les avec joie, ils nous apporteront tout leur dynamisme, et nous serons enrichis de leur regard neuf sur notre réalité…
Et puisque la planète se réchauffe à vitesse grand V, soyons vigilants à notre manière de consommer (qui produit et comment ?), à l'énergie que nous brûlons si facilement, sans souci des conséquences planétaires.

On ne peut se faire disciple du Christ et rester indifférent à toutes ce situations. Pour notre paroisse, je suis très heureux des bonnes que nous avons avec les mosquées de Lucé et Mainvilliers; de notre visite à celle de Lucé avec une dizaine de paroissiens; de l'entraide scolaire qui s'est faite en faveur de jeunes musulmans… Je suis très heureux aussi de la quinzaine de personnes qui ont répondu à l'appel pour l'accueil des réfugiés: trois familles sont arrivées, et des leçons de français se déroulent maintenant chaque semaine, les progrès sont encourageants. Heureux encore de plusieurs personnes qui m'ont témoigné être plus attentifs à leur mode de vie, plus respectueux de la planète, et des modes de production des biens de consommation qu'ils utilisent, du traitement réservé aux ouvriers qui les fabriquent.
Voici des réponses concrètes à notre portée, allant vers des solutions en profondeur aux problèmes de notre temps. Des réponses en lien avec le jubilé de la Miséricorde !

Pascal Desquilbet, CCN.
Mise à jour le Dimanche, 03 Janvier 2016 22:40
 

ANNEE DE LA MISERICORDE

Envoyer Imprimer PDF
Dans quelques jours nous allons entrer dans ce jubilé de la Miséricorde, voulu par le pape François. Et nos coeurs sont remplis d'émotions des attentats du 13 novembre, avec toutes les questions qu'ils posent, et tout ce climat de tension qui règne partout.

Que nos émotions soient fortes est une chose bien naturelle et légitime. Il serait terrible de réagir par je ne sais quel cynisme qui ne se laisserait pas toucher profondément. Et en même temps, il est nécessaire de ne pas en rester là. Il nous faut réfléchir, et permettre à notre raison de reprendre le dessus… Mais comment s'y retrouver, mettre un peu d'ordre dans les sentiments qui nous envahissent, dégoût, tristesse, peur, haine, désir de vengeance, et peut-être resurgissement de souvenirs anciens que tel ou tel a pu vivre d'agression, de situation angoissante ou effrayante…

Les gouvernants ont appelé à l'unité nationale. Soit. Quelles valeurs avons-nous à proposer qui puissent nous unir solidement ? Liberté, égalité, fraternité… Voici une belle devise. Il y aurait tant à dire sur chacune… La dernière, surtout, me parait bien délaissée…

Chrétiens, dans cette société laïque, nous devons être "veilleurs": témoins qu'un sens, mieux, une plénitude est possible autrement. Que nous pouvons donner notre vie, non seulement pour des "valeurs", mais pour quelqu'un, qui Lui, a donné sa vie pour nous. Voilà le sens de l'existence: donner sa vie. Que ce soit pour un conjoint, pour des enfants, pour une cause qui rend le monde plus juste, plus fraternel. C'est le but ultime de tout être humain. Faute de se donner, un homme, une femme, un jeune, finira par le désespoir… jusqu'à la folie meutrière du djihad !

Chrétiens, disciples de Celui qui donné sa vie "pour le pardon des multitudes", nous voulons entrer dans ce jubilé de la miséricorde, en nous laissant d'abord visiter au plus intime, par cette miséricorde, qui nous est donnée gratuitement. En la partageant aussi autour de nous, dans cette fête de Noël, non seulement à ceux qui nous sont proches, mais aussi aux "étrangers", à tous les sens du terme.

Ces évènements nous priveront du Marché de Noël de Lucé, mais ne nous empêcherons pas de jubiler vraiment en celui qui est nommé: le Prince de la Paix.

Pascal Desquilbet, CCN.
Mise à jour le Vendredi, 04 Décembre 2015 14:37
 

CONCERNES

Envoyer Imprimer PDF
Il y a quelques temps, une jeune mère de quatre enfants, migrante, à la rue, ayant été expulsée (loyers impayés, à cause de salaires impayés) venait me voir, aux abois, complètement désespérée. Elle me lâche, entre deux sanglots: "J'en ai marre ! Si ça continue je me jette sous le train !" Et moi de lui répondre: "Ne le fais surtout pas ! … au moins pour tes enfants !" Celle-là n'allait pas se noyer dans la Méditerranée, mais dans les eaux profondes de l'indifférence mondialisée…

La dernière feuille d'informations paroissiales comportait la déclaration de la Conférence des Evêques de France au sujet des migrants: "Nous sommes tous concernés." Concernée, notre paroisse l'est particulièrement, elle qui porte le beau nom de Sainte-Marie des Peuples, et qui est effectivement peuplée de nombreux migrants…

Je me réjouis que plusieurs migrants (arrivées récemment ou pas, pour des motifs très divers), aient pu trouver à la paroisse un véritable secours. Je me réjouis d'avoir pu m'appuyer sur la générosité de plusieurs, pour cette jeune maman, ou pour quelques autres. Je salue spécialement les membres de la communauté qui ont fait de la place chez eux à cette famille en détresse - qui semble maintenant à peu près stabilisée. Je me réjouis que le groupe de l'Entraide Sainte-Marie des Peuples soit présente pour faire face à des situations comme celle-ci.

Mais nous devons tous nous poser la question: quel accueil réservons-nous aux migrants ? Quelle place leur faisons-nous dans notre coeur, dans notre prière, dans notre réflexion: au niveau politique et au niveau de l'Eglise ? … dans nos fraternités, nos groupes de partage ou de service ? Quel regard portons-nous sur eux ? Quelle(s) action(s) concrète(s) sommes-nous prêts à engager ? La question est vaste… Si vaste qu'elle peut nous faire peur. Elle est pourtant incontournable. Dieu nous appelle certainement quelque part… Il nous fait signe. Ouvrons les yeux. Ouvrons nos coeurs.

Père Pascal Desquilbet, CCN.
Mise à jour le Vendredi, 18 Septembre 2015 12:46
 

CHANGEMENTS

Envoyer Imprimer PDF
Au seuil de l’été, après ce beau dimanche communautaire qui nous a rassemblée à Amilly et à Cintray ce 21 juin, plusieurs changements se profilent pour la rentrée.

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 23:45 Lire la suite...
 


Page 6 sur 12
Bannière

Nous contacter

Presbytère de Lucé

1 place du 19 mars 1962

Tel: 02.37.33.03.19

 

Permanences:

Du mardi au vendredi: 17h à 18h30 - Samedi: 10h à 12h



Presbytère de Mainvilliers


4 rue Esther Villette

Tel: 02.37.21.15.33

 

Permanences:

Mercredi: 16h30 à 18h - Samedi: 10h à 12h