Paroisse Sainte-Marie des Peuples

Amilly - Lucé - Mainvilliers

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Vivre

ANNEE DE LA MISERICORDE

Envoyer Imprimer PDF
Dans quelques jours nous allons entrer dans ce jubilé de la Miséricorde, voulu par le pape François. Et nos coeurs sont remplis d'émotions des attentats du 13 novembre, avec toutes les questions qu'ils posent, et tout ce climat de tension qui règne partout.

Que nos émotions soient fortes est une chose bien naturelle et légitime. Il serait terrible de réagir par je ne sais quel cynisme qui ne se laisserait pas toucher profondément. Et en même temps, il est nécessaire de ne pas en rester là. Il nous faut réfléchir, et permettre à notre raison de reprendre le dessus… Mais comment s'y retrouver, mettre un peu d'ordre dans les sentiments qui nous envahissent, dégoût, tristesse, peur, haine, désir de vengeance, et peut-être resurgissement de souvenirs anciens que tel ou tel a pu vivre d'agression, de situation angoissante ou effrayante…

Les gouvernants ont appelé à l'unité nationale. Soit. Quelles valeurs avons-nous à proposer qui puissent nous unir solidement ? Liberté, égalité, fraternité… Voici une belle devise. Il y aurait tant à dire sur chacune… La dernière, surtout, me parait bien délaissée…

Chrétiens, dans cette société laïque, nous devons être "veilleurs": témoins qu'un sens, mieux, une plénitude est possible autrement. Que nous pouvons donner notre vie, non seulement pour des "valeurs", mais pour quelqu'un, qui Lui, a donné sa vie pour nous. Voilà le sens de l'existence: donner sa vie. Que ce soit pour un conjoint, pour des enfants, pour une cause qui rend le monde plus juste, plus fraternel. C'est le but ultime de tout être humain. Faute de se donner, un homme, une femme, un jeune, finira par le désespoir… jusqu'à la folie meutrière du djihad !

Chrétiens, disciples de Celui qui donné sa vie "pour le pardon des multitudes", nous voulons entrer dans ce jubilé de la miséricorde, en nous laissant d'abord visiter au plus intime, par cette miséricorde, qui nous est donnée gratuitement. En la partageant aussi autour de nous, dans cette fête de Noël, non seulement à ceux qui nous sont proches, mais aussi aux "étrangers", à tous les sens du terme.

Ces évènements nous priveront du Marché de Noël de Lucé, mais ne nous empêcherons pas de jubiler vraiment en celui qui est nommé: le Prince de la Paix.

Pascal Desquilbet, CCN.
Mise à jour le Vendredi, 04 Décembre 2015 14:37
 

CONCERNES

Envoyer Imprimer PDF
Il y a quelques temps, une jeune mère de quatre enfants, migrante, à la rue, ayant été expulsée (loyers impayés, à cause de salaires impayés) venait me voir, aux abois, complètement désespérée. Elle me lâche, entre deux sanglots: "J'en ai marre ! Si ça continue je me jette sous le train !" Et moi de lui répondre: "Ne le fais surtout pas ! … au moins pour tes enfants !" Celle-là n'allait pas se noyer dans la Méditerranée, mais dans les eaux profondes de l'indifférence mondialisée…

La dernière feuille d'informations paroissiales comportait la déclaration de la Conférence des Evêques de France au sujet des migrants: "Nous sommes tous concernés." Concernée, notre paroisse l'est particulièrement, elle qui porte le beau nom de Sainte-Marie des Peuples, et qui est effectivement peuplée de nombreux migrants…

Je me réjouis que plusieurs migrants (arrivées récemment ou pas, pour des motifs très divers), aient pu trouver à la paroisse un véritable secours. Je me réjouis d'avoir pu m'appuyer sur la générosité de plusieurs, pour cette jeune maman, ou pour quelques autres. Je salue spécialement les membres de la communauté qui ont fait de la place chez eux à cette famille en détresse - qui semble maintenant à peu près stabilisée. Je me réjouis que le groupe de l'Entraide Sainte-Marie des Peuples soit présente pour faire face à des situations comme celle-ci.

Mais nous devons tous nous poser la question: quel accueil réservons-nous aux migrants ? Quelle place leur faisons-nous dans notre coeur, dans notre prière, dans notre réflexion: au niveau politique et au niveau de l'Eglise ? … dans nos fraternités, nos groupes de partage ou de service ? Quel regard portons-nous sur eux ? Quelle(s) action(s) concrète(s) sommes-nous prêts à engager ? La question est vaste… Si vaste qu'elle peut nous faire peur. Elle est pourtant incontournable. Dieu nous appelle certainement quelque part… Il nous fait signe. Ouvrons les yeux. Ouvrons nos coeurs.

Père Pascal Desquilbet, CCN.
Mise à jour le Vendredi, 18 Septembre 2015 12:46
 

CHANGEMENTS

Envoyer Imprimer PDF
Au seuil de l’été, après ce beau dimanche communautaire qui nous a rassemblée à Amilly et à Cintray ce 21 juin, plusieurs changements se profilent pour la rentrée.

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 23:45 Lire la suite...
 

SOUFFLE MISSIONNAIRE

Envoyer Imprimer PDF
Dans ce dernier mois de l’année pastorale, encore tout proche de la Pentecôte,  nous sommes portés par ce souffle de l’Eprit Saint qui conduisit les disciples à la mission et au témoignage, pour porter l’Evangile du Christ « de Jérusalem aux extrémités de la terre ». C’est le moment opportun pour tenter d’évaluer notre élan missionnaire, au niveau individuel, comme au niveau paroissial.

Notre Projet Pastoral Missionnaire (PPM), approuvé par notre évêque, a été lancé au mois de janvier, et s’il est encore trop tôt pour en faire un bilan, il est bon de s’en saisir, justement dans cette optique missionnaire, et voir si au moins nous sommes en route. Ce PPM reconnait cinq piliers, 5 « essentiels » pour avancer dans la dynamique missionnaire ; des réalités toutes simples, mais véritablement essentielles, faute de quoi aucun chrétien, aucune communauté, ne pourraient se dire missionnaires : aimer Dieu ; aimer les autres ; se former ; servir ; et témoigner. Peut-être des choses que nous faisons sans le savoir, comme la prose de M. Jourdain. Mais il n’est pas inutile d’en prendre conscience, pour affermir ce mouvement, pour lui donner toute sa force.

La force, c’est celle de l’Esprit Saint : « vous recevrez une force, et vous serez mes témoins ». C’est ce qui s’est passé pour les premiers disciples : eux qui étaient encore si mal assurés au moment du départ de Jésus, sont devenus des témoins intrépides, jusqu’à implanter solidement la foi chrétienne dans tous le bassin méditerranéen dès la première génération… Mais ce phénomène n’a pas été celui de quelques individus exceptionnels – même s’il y en eu. C’était essentiellement un mouvement communautaire : « 44 Tous les croyants ensemble mettaient tout en commun… 42 Ils se montraient assidus à l'enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. …Et chaque jour, le Seigneur adjoignait à la communauté ceux qui seraient sauvés. » (Ac 2, 42-44)

Nous voulons vérifier ensemble que nous sommes sur le même chemin, et c’est pourquoi nous nous retrouverons en assemblée paroissiale le samedi 13 juin, de 9h45 à 12h. Tous ceux qui le veulent peuvent y participer, pour s’exprimer sur cette dynamique missionnaire, là où nous en sommes, ce qu’il faut encore pour progresser. mais il est nécessaire de s’inscrire à l’avance.

Et puis nous aurons la joie de nous retrouver pour le dimanche communautaire paroissial, le 21 juin à Amilly, pour un moment de fête, de détente, de convivialité, avant la dispersion de l’été.

Père Pascal Desquilbet, CCN

 

QUEL BONHEUR !

Envoyer Imprimer PDF

Je me suis beaucoup réjoui lors de notre veillée de Pâques, avec le baptême de nos quatre frère et sœurs qui sont nés à la vie divine dans le bain baptismal… Voir leur joie, à eux, les baptisés, qui préparaient cela depuis deux ans, voir la joie de toute la communauté, la joie de la Mère-Eglise qui enfante, et se réjouit de donner la Vie de son Epoux le Christ Ressuscité … Quel bonheur !

Je me suis beaucoup réjoui lors de la messe du dimanche de l’Alliance conjugale, avec l’accueil des futurs mariés, qui vivaient ce dimanche et le précédent leur parcours de préparation au mariage… Certains, peu familiers de l’Eglise, assez froids au début, se sont approchés au moment de la communion, croisant les bras sur la poitrine pour recevoir la bénédiction… Ce geste, loin d’être anodin, montrait clairement un intérêt renouvelé pour la foi célébrée dans ces rites. Tel d’entre eux a même demandé de pouvoir faire sa première communion… Quel bonheur !

Je me suis beaucoup réjoui d’entendre tous ces couples mariés qui se sont approchés de l’autel, renouveler les engagements de leur mariage avec une conviction impressionnante. Et de bénir au nom du Seigneur celles et ceux qui sont dans un autre état de vie, célibataires, choisi ou non, divorcés, remariés, veufs… Car la bénédiction du Père est pour tous, et sa Miséricorde s’étend à tous ses enfants. Quel bonheur !

Ce quatrième dimanche de Pâques (26 avril) sera, comme chaque année, celui de la prière pour les vocations. Dans cette année de la Vie consacrée, nous prierons plus particulièrement pour tous les consacré(e)s. Le service diocésain des vocations nous propose de faire circuler dans nos maisons, à tour de rôle, de semaine en semaine, des images (collée sur bois) de saints ayant vécu la vie consacrée : Thérèse de Lisieux, François d’Assise, mère Térésa de Calcutta, et Ignace de Loyola. Il s’agit de porter en famille cette prière pour les vocations. Ce relais de prière ira du 26 avril au 28 juin, et chaque dimanche, à la fin de la messe, un foyer viendra prendre une image, la recevant d’un autre qui aura prié avec durant la semaine précédente. Un livret de prière est fourni avec l’image, qui propose un petit office pour chaque jour de la semaine, à vivre en famille, ou avec quelques voisins ; le tout dans un petit sac bien pratique. Ceux qui désirent prendre l’une de ces images sont priés de s’inscrire à l’avance autant que possible, par téléphone ou mail au presbytère de Lucé.  …Et si nous osions prier pour que, parmi nos amis, nos enfants, nos petits-enfants, l’un d’eux entende cet appel, et que nous soyons capables de l’accompagner sur ce chemin ?!

Cette prière, des familles pour les consacré(e)s, des consacré(e)s pour les familles… Cela me réjouit beaucoup. …Quel bonheur !

Père Pascal Desquilbet, CCN

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 22:12
 


Page 5 sur 8
Bannière

Nous contacter

Presbytère de Lucé

1 place du 19 mars 1962

Tel: 02.37.33.03.19

 

Permanences:

Mardi: 17h à 18h30 - Samedi: 10h à 12h



Presbytère de Mainvilliers


4 rue Esther Villette

Tel: 02.37.21.15.33

 

Permanences:

Mercredi: 16h30 à 18h - Samedi: 10h à 12h